dimanche 31 août 2008

La ritournelle

Pourquoi changer une façon de fonctionner qui fonctionne parfaitement?
J'ai reçu les conclusions de mme Ex2 pour sa convocation devant la cour d'appel de BESANCON la semaine prochaine. Les conclusions sont presque identiques à celles présentées en appel à VERSAILLES pour octobre.

C'est toujours la même ritournelle, le même fond de mensonges et de fausses accusations sans preuve. Il y en a à presque chaque ligne sur onze pages.

Pourquoi changer puisque cela marche ainsi depuis le début!!!

Cela m'amène deux réflexions:

Que foutent les juges? La plus part de ces propos sont facilement vérifiables. Soit parce qu'il ne sont que des dires basés sur aucune pièce, soit parce qu'en lisant les pièces, les dates et les faits sont facilement vérifiables. On m'accuse par exemple d'avoir porté plainte contre mon Ex en mai 2006, ce que je n'ai pas fait, n'en ayant aucune raison. Le but est de montrer que j'arcèle mon Ex juridiquement en portant de fausses accusations. Ce fait est facilement vérifiable. Pourtant en l'absence du moindre document, l'avocat n'hésite pas et ce devant une cour d'appel correctionnelle où normalement la diffamation est passible d'e forte amende.

Tout au long des 13 ans de procédure que je viens de vivre, presque toutes les décision de justice ont été agrémentées de faits n'ayant pas existé, fait ou appréciations inventés par la volonté de mes juges à soutenir leurs dossiers. C'est vrai que quand une mère déconne, pour justifier de l'intérêt de l'enfant et lui laisser la garde malgré tout, il faut en arriver à déformer les faits ou les éluder pour pouvoir avoir des écrits qui soient à peu près lisibles.
A quand une responsabilisation des juges face à des comportement qui n'ont rien de légaux.
Une chef d'entreprise qui fait une erreur, peut aller en prison. En juge qui détruit des vie ne risque rien même si son fonctionnement est volontaire.

Ma deuxième pensée va aux avocats Français. En Angleterre, un avocat qui omettrait de donner au juge une pièce pouvant aller contre l'intérêt de son client, est tout simplement radié de sa profession. En France un avocat peu avoir des propos ou des écrits parfaitement faux et diffamatoires, il ne risque strictement rien. Alors pourquoi se priver? Pourquoi ne pas changer les dates, modifier les faits, porter de fausses accusations et utiliser tous moyens visant un gain à court terme???

Au final où est l'intérêt de l'enfant dans cette façon de fonctionner?
Sur le court terme, pas de soucis cela fonctionne. Mais sur le long terme quel est le résultat, quand les Ex rentrant à la maison, servent au souper à nos enfants les même propos que les avocats les ont encouragé à tenir devant la justice?

Je sais comment pendant des années Florian mon cadet, me reservait chaque WE (1 par mois), les mensonges que lui répétait sa mère, et comment quand il a eu onze ans, cela a été dur pour lui d'apprendre qu'elle lui avait menti.

Au final, je sais qu'aucun des avocats de mes Ex ne les ont réelement défendu en les encourrageant ainsi à aller dans le mur. Le connard qui a défendu mon Ex1 pendant des années à Marseille, et qui l'a laché le jour où elle a perdu la garde de nos fils, ne se génait pas dans les couloirs du Tribunal pour dire à ses confrères que sa cliente était complètement folle. Il le disait même à mon avocat. Pourtant devant le juge, il ne reculait devant aucun procèdé pour que mes fils restent avec elle. A quel moment a t'il défendu autre chose que son porte monaie? C'est vrai que concevoir que l'intérêt des enfants st aussi celui de leurs parents, est une notion un peu difficile pour les avocats Français. C'est aussi compliqué que de parler de développement durable à quelqu'un envoie ses poubelles chez le voisin...

Il me semble grandement temps, de purger le système judiciaire de ces comportaments. Et si l'on parle de responsabilité des juges, peu être faut il aussi parler de responsabilité des avocats...
Enregistrer un commentaire