jeudi 28 décembre 2006

Le Pic


Savez vous que les Pic aiment les cacahouettes?
C'est étrange cette attirance pour l'exotisme
Tous les jours il revient sur le pommier dans le jardin
Il est beau l'oiseau...

mercredi 27 décembre 2006

Le givre


Dehors le givre étend ses merveilles jusqu'au pied de ma porte
A deux pas de là
Un rayon de soleil suffit pour enchanter
Ce monde froid, mais bien réel qui joue avec la lumière
L'hivers est là, précédent le printemps
J'ai de la chance d'être en vie
Ici au pied de nos arbres
Plutôt que mort vivant là bas
Dans leurs imeubles de verre...

Lettre au preneur d'otage

mercredi 27 décembre 2006

Lettre recommandée AR

Madame YEDDOU

J’ai bien reçu hier votre chronopost.

Je note que vous persistez à utiliser notre fils comme un moyen de chantage pour que j’assure à votre place une partie du transport qui vous incombe selon l’ordonnance. A savoir 150 km sur les 460 km qui sépare ma maison de la votre.

Vous écrivez : « En conséquence, vous refusez de venir chercher ARTUS à l’Aéroport et donc il restera chez moi »

Selon vos propres termes, soit je fais cette partie de transport à votre place, soit je ne vois pas Artus. Cette partie de voyage est bien à votre charge et vous l’admettez puisque vous proposez maintenant de la financer (toujours des mots rien dans les faits). J’attends moi toujours, le taxi que je vous ai proposé de m’envoyer pour que je puisse faire à votre place cette fin de transport, que vous refusez obstinément de faire.

L’ordonnance est pourtant claire. La charge du transport vous incombe de votre domicile au mien. Je réalise bien moi le retour de chez moi jusqu’à votre domicile. Et non en m’arrêtant à 75 km de chez vous (allez retour 150 km pour Bale Mulhouse).

Si j’ai accepté d’aller chercher ARTUS à mes frais aux vacances d’été et à toussaint, c’est parce que je n’avais pas le choix et que vous me faisiez déjà chanter sur ce point et que j’avais alors céder à votre chantage. Le même chantage qui m’obligea en octobre à aller chercher ARTUS à VESOUL à 45 km de chez moi alors que nous avons la gare de LURE à 12 km sur la même ligne. Pourquoi s’arrêter à 45 km plutôt qu’à 12 km si ce n’est pour rendre les choses plus difficiles.

C’est vrai ça, comme vous ne finissez pas le transport à votre charge, pourquoi ne ferai je pas 12 x 2= 24 km ou 45 x 2= 90 km ou 75 x 2= 150 km, ou même comme vous le dites dans votre précédent courrier, pourquoi ne viendrais je carrément pas chercher ARTUS à Asnières en assumant tous les transports ?

Vous demandiez en appel, que l’on me supprime tout droit de visite les WE, je constate que les juges ne vous l’ont pas accordé, mais que vous l’avez mis en place en me supprimant les vacances aussi.

Vous me reprochez de devoir m’écrire pour fixer les WE.

Je vous fais remarquer que les WE ont été fixés par l’ordonnance de juin 2006 tout comme les modalités de transport.

Et effectivement, vous fixer les WE à votre guise. Comme ce mois de septembre où vous nous avez dit le vendredi 8 où Artus devait venir, que le deuxième WE du mois n’était pas le deuxième mais que c’était le suivant. Le WE suivant (le troisième du mois) vous aviez décidé que je devais aller chercher ARTUS à l’école. Malgré mes réponses négatives par mail et par mon avocat. Vous avez quand même fait attendre ARTUS à la sortie de l’école en lui laissant croire que j’allais venir le chercher, ce qui est pour le moins odieux.

C’était d’ailleurs du même ordre que le premier WE de février 2005 ou vous n’êtes pas venu cherchez ARTUS à Romans (quand le transport retour était à votre charge au vu de l’accord amiable que vous avez rompu) et ce juste pour aller porter plainte abusivement contre moi.

Le deuxième WE de novembre 2006, après que vous n’ayez pas amener ARTUS chez nous, quand je me suis déplacé à Asnières (chez vous) pour faire valoir mon droit de visite. Vous avez aussi refusé que je vois ARTUS, préférant devant notre fils, appeler la police, pour chasser son père qui sonnait à votre porte. C’était pour le moins odieux et je ne reprends que les termes d’un magistrat d’ici.

Effectivement madame YEDDOU, je constate comme vous le dites, que c’est vous qui décidez des WE et des vacances. Et qu’avec vous, même une ordonnance de cour d’appel ne sert à rien, puisque vous avez le pouvoir d’utiliser votre fils comme un moyen de chantage.

Vous me reprochez de ne pas avoir de véhicule.

Ma situation financière que je vous dois en partie, ne me permet pas d’acheter une voiture. C’est vrai que vous ne m’auriez pas escroqué en 2001, sur un contrat d’assurance quand vous étiez chez AON, j’aurai encore sûrement mon travail et surtout mon entreprise. Je passe d’ailleurs encore, une grande partie de mon temps en procédures pour me défendre des conséquences de vos malversations et magouilles malhonnêtes, puisque je suis accusé en temps que gestionnaire de n’avoir pas pris les assurances nécessaires à la protection de l’entreprise (merci madame, cela je vous le dois directement et pas seulement à votre amie Françoise comme vous le laissez entendre dans votre courrier de mai 2002).

Ma maman, qui vit une partie de son temps à Belverne, une autre chez ma sœur à LYON ou chez mon frère à SURENNE, ne peut pas être dépendante dans ses déplacements avec son véhicule, de votre seule volonté. Par ailleurs, vous l’avez accusé déjà, de s’occuper d’ARTUS à ma place. Si elle n’est pas forcement là, pour assurer votre bon vouloir, vous ne pourrez plus continuer de nous accuser à tord sur ce point.

Personnellement, je ne vois pas pourquoi, je l’obligerai à être ici, simplement parce que vous refusez de finir le voyage qui vous incombe pour nous permettre de voir ARTUS.

Vous me reprochez de ne pas avoir de véhicule et qu’il en va de la sécurité d’ARTUS. Heureusement dans nos campagnes il existe aussi des numéros d’urgence. Comment feraient tous les vieux du village autrement, alors qu’ils ont passé l’âge de conduire ? Nous avons même une caserne de pompier, dans le village à coté (Etobon), à moins de quatre kilomètres, où Vivien le grand frère d’Artus est pompier volontaire. Je ne sais pas si les secours, ne seraient pas rendus plus vite chez nous, que chez vous avec les embouteillages.

Vous me dites : que votre seul souci est l’équilibre d’ARTUS et que la preuve en est le carnet scolaire d’ARTUS. La mère de mes deux grands avait le même argumentaire que vous et le même soutien de l’école, malgré les maltraitances que subissaient mes fils. En maternelle, comme pour ARTUS, c’était particulièrement bon comme résultats. Alors laissez moi sourire sur l’école maternelle Flachat. Ayant moi-même subi des maltraitances, je sais comment on y fait bonne figure, pour cacher ce qui est difficile par ailleurs à la maison. Les enfants maltraités ne sont pas forcement des mauvais élèves, surtout en maternelle. Oui, madame YEDDOU, ce que vous faîtes subir à ARTUS, c’est de la maltraitance.

Vous avez, dites vous, comme souci l’équilibre d’ARTUS. Pourtant vous partez comme en mars 2005 et novembre 2004, a plus de 6700 km, à ST MARTIN pendant qu’il est à l’école. Dans le précédent courrier, je vous ai demandé, qui gardait ARTUS pendant ces absences, dont je n’étais pas informé. Et je constate qu’une fois de plus vous ne me répondez pas. Vous pouvez vous inquiéter, du danger que subi Artus quand il est chez nous, à 4 km d’un poste de secours, en étant avec son père, alors que vous-même, vous n’hésitez pas à être à plus de 6700 km de lui, quand il est à l’école, et ce sans même en informer son père, qui juste qu’à la preuve du contraire, est la seule personne ayant l’autorité parentale avec vous. Qu’auriez vous fait en cas d’accident à 6700 km, madame YEDDOU ? Ayez au moins le courage de me répondre.

Je vous demandais aussi dans le courrier précédent, le nom du médecin d’Artus, vous ne me donnez pas de réponse une fois de plus, vous moquant bien de l’autorité parentale que je suis sensé avoir.

Enfin, vous reprenez votre litanie, comme quoi vous auriez fait vous-même les démarches pour que je puisse avoir un droit de visite en 2004. Vous êtes seule à croire à vos mensonges de bienfaitrice madame YEDDOU. Allez vous faire soigner madame, vous en avez grandement besoin…

Vous n’avez saisi le JAF que sous la pression d’une enquête de police.

Vous aviez déménagé sans laisser d’adresse en 2003 (votre lettre à ma mère l’atteste puisque vous expliquez pourquoi en m’accusant de façon calomnieuse entre autre de faire peur à ARTUS) et que les cadeaux envoyés en janvier 2004 sont revenus chez nous, parce que votre courrier ne suivait plus depuis l’ancienne adresse.

Sans votre adresse vous saviez que je ne pouvais saisir le JAF. Je vous avais d’ailleurs eu au téléphone le 5 février 2004, et vous aviez refusé une fois de plus de me donner votre adresse. Je vous avais averti qu’ayant obtenu que mes aînés vivent avec moi depuis janvier 2004, j’allais entamer une procédure et porter plainte contre vous, ce que j’ai fait le lendemain auprès du procureur de Valence. Impossible de gérer pour moi avant, et un dossier de maltraitance à Marseille et l’enlèvement d’enfant que vous me faisiez subir. Il n’y a pas d’autre mots, c’était un enlèvement, madame YEDDOU et vous n’y avez mis fin que sous pression de la police…

Vous ne trompez personne, madame YEDDOU, à part des juges aux moeurs sexistes qui ne lisent pas leurs dossiers et un petit garçon qui sera bien déçu de vous découvrir tel que vous êtes et qui n’aura même pas besoin de son père pour cela, tant le mensonge est chez vous, une seconde nature.

Si vous aviez agit dans mon intérêt et celui de notre fils, il n’était nul besoin de passer devant un JAF, pour me fixer des droits et une autorité parentale que de toute façon vous bafouez.

Vous ne m’auriez pas coupé de lui en 2002, 2003 et 2004. Vous ne seriez pas parti vivre à 700 km de l’endroit où nous vivions et où Artus a passé les 10 premiers mois de sa vie. Vous n’auriez pas escroqué son père (votre avocat actuel est à lui seul la preuve de vos magouilles, puisque qu’il était à l’époque sensé me défendre et que je le retrouve maintenant défendant vos intérêts). Vous auriez respecté l’accord amiable que vous aviez vous-même proposé en octobre 2004. Vous assumeriez maintenant le transport qui vous incombe sans me faire chanter en utilisant ARTUS et sans essayer d’imposer à ma mère de vous prêter une fois de plus sa voiture pour un trajet dont vous avez la charge et de lui imposer de vivre ainsi au dépend de votre volonté.

Une fois de plus, je vous demande de respecter l’ordonnance de juin 2006 et d’amener ARTUS chez nous à BELVERNE. Vous nous avez fais subir une nouvelle non présentation d’enfant, nous coupant d’ARTUS ce Noël. Je ne vois pas où est l’intérêt d’ARTUS d’être utilisé comme un otage pour que nous assumions une partie de vos transports.

Veuillez agréer madame YEDDOU, mes salutations

Le père d'ARTUS

lundi 25 décembre 2006

Le billard Hollandais

Noël c'est c'est passé simplement. Nous avons pensé à Artus, bien sûr. Nous sommes allé au bois préparer le printemps. Le printemps se prépare toujours en hivers...

Ensuite la journée s'est passé autour du billard hollandais en partie acharnées.
Tu vois mon Artus, tes frères apprènent à trouver du bonheur même les jours de tristesse
J'espère que tu y arrives aussi...

samedi 23 décembre 2006

Pauvres gendarmes


Et voilà une de plus. Les gendarmes m'ont dit qu'ils n'avait pas arrêté aujourd'hui. Les non présentation d'enfant et les fausses accusations de violence sur ces dâmes, c'est notre lot presque tous les jours. Il faudra que cela change, me confie l'OPJ...

Forcement comme sur des forums comme parents solos certaines disent:

- Je suis triste je ne vais pas avoir mes enfants à Noël, ils vont chez leur père.

Et d'autres de répondre:

- Gardes les, tu ne risque rien si tu les gardes. Tant pis pour le père...

Et oui, ainsi va notre beau monde à la Française, pays des droits des êtres humains et pays ayant signé la charte des droits de l'enfant...
Avec le soutien sans faille (il n'y a pas d'autres mots) de notre bon ministre de la justice (le garde des sots), pourquoi ces pratiques illégales et graves pour nos enfants ne prendraient elles pas de l'ampleur. J'y penserai en votant monsieur le ministre...

Donc Artus ne sera pas avec nous ce Noël, et certains diront que c'est pour son intérêt supérieur. Nous ouvrirons ses cadeaux plus tard, quand il sera là.

Quand?
Un jour! (son T shirt de jeune sapeur pompier risque d'être un peu petit dans 10 ans, mais on en trouvera un autre).

Je vais donc fêter Noël avec ses deux grands frêres...
C'est vrai, que j'ai déjà la chance d'avoir mes deux aïnés... de nombreux pères passeront tristement leur Noël seul, malgré les décisions de la soit disante justice. Pour contraindre les pères à payer, sur ce point, elle n'oublie pas de ne pas être laxiste, dame justice.

Quoi? Un enfant aurait donc plus besoin d'avoir de l'argent que d'avoir une relation réelle avec ses deux parents?

A l'ouest rien de nouveau

Nous n'aurons pas ARTUS pour Noël.
Ce que je présentais, c'est réalisé. Madame refuse de l'amener chez nous. C'est odieux, comme dit le procureur, mais c'est ainsi.

Cet après midi, j'irai poser une nouvelle plainte en gendarmerie. J'ai bien eu le procureur de Lure au télephone qui m'a promis de faire quelque chose dès son dossier reviendrai d'Asnières où il est reparti pour complément d'information fin octobre. Depuis, aucun des deux parquets concernés n'ont de nouvelles du dossier qui a été confié à la police d'Asnières qui est sur le coup particulièrement lente... La justice, qui a soit disant trop de travail, ne faisant rien, multiplie le travail à cause de son inaction qui se retrouve ensuite au niveau des commissariats (le serpent qui se mord la queue)...

En attendant, nous ne voyons pas Artus. Lui est quelque part prisonnier de la volonté de sa mère qui s'en sert comme d'un otage pour que j'assume un tiers du transport qui lui incombe. Tu feras ce que je veux, sinon tu ne verras pas ton fils. La position de madame n'a pas changé d'un centimètre depuis toutes ces années, avec la même violence dans les comportement et les faits. Au pardon, je parle violence féminine, alors que c'est un sujet médiatiquement tabou en France...
Tout le monde sait qu'une mère n'agit que dans l'intérêt supprème de l'enfant et que si elle fait chanter tout le monde en l'utilisant comme otage, c'est pour son bien à lui...

Quand les députés interrogent régulièrement notre bon ministre de la justice sur ce point, il dit que les pères n'ont qu'à aller porter plainte. Puis il donne des consignes aux parquets pour n'intervenir que dans les situation aggravés. Donc les parquet ont l'obligation de ne rien faire avant que la situation soit critique. Une volonté affirmée de madame est nécessaire. En gros il sufit qu'elle dise qu'elle veut bien que l'enfant voit son père pour qu'on la croit. A ce moment là, après de multiple répétitions et à condition que le père ne baisse pas les bras (s'il le fait il sera accuser de se désinterreser de l'enfant), la justice finit par convoquer et donner un blame à Madame. On lui fait un rappel à la loi. Ce qui ne n'empêche pas madame de continuer.
Résultat pour 2002, plus de 10000 plaintes pour non représentation d'enfant. Qu'il faudrait multiplier par deux, car dans beaucoup de cas la police refuse de prendre les plaintes et oriente les plaignants vers des mains courantes inutiles et non comptabilisées (on fait baisser la déliquance comme on peut au ministère de l'intérieur). Moins de 500 condamnations (493) pour plus de 10000 plaintes officielles soit une condamnation dans 5% des cas...

Où est l'intérêt de l'enfant à avoir deux parents, monsieur de ministre?
A chaque plainte un des parents a été coupé de son enfants...

Dans les années 80, 17% des enfants de parents séparés ne voyaient pas leur père. Maintenant ils sont près de 37% (officielement) à ne plus de voir du tout le parent n'ayant pas la garde (le père dans 90% des cas) et cette situation nous vous la devons, monsieur le ministre de la justice.

Une idée en passant:

On demande à un parent n'ayant pas payé la pension alimentaire, de payer sa pension alimentaire en retard pour faire lever sa condamnation qui arrive dans 98% des plaintes (2 mois de prison ferme, tu payes ou tu vas en taule). Pourquoi ne rattraperait t'on pas aussi les WE et vacances perdus en terme de droit de visite. Au pardon c'est vrai que pour les juges le père a surtout besoin d'exister symboliquement pour l'enfant. Un WE par mois c'est particulièrement symbolique comme précense du père et c'est une décision de justice courrante...
J'ai eu cette décision en défaveur de mes enfants et pour mes aînés et pour Artus...

Je pense que tout cela influencera beaucoup mon vote du mois de mai, monsieur le garde des sots...

mardi 19 décembre 2006

Le maître de musique

Vivien fait de la batterie cette année. La guitare c'était pas franchement son truc.
Dans notre tout petit village, vit M CARRON qui a pris mes deux fils à ses cours de musique. Ancien chef d'orchestre du territoire de Belfort, il a tranformé l'ancien temple en salle de répétion pour son orchestre qui comprend une trentaine de musiciens. Mon fils ainé a trouvé un truc qui l'accroche et un maître de musique souriant et exigeant, je trouve cela génial de voir sourire mon fils ainé ainsi...

Zing, boum, boum
Zing, boum, boum
Zing, boum, boum

lundi 18 décembre 2006

La sapin de paques



Voilà, comme cela continue encore et encore...

Je vais en fin de semaine subir une nouvelle non présentation d'enfant. Foutu lenteur habituelle d'une justice sans moyens qui se donne tous les moyens d'avoir plus de travail. La france pays des enlèvements légaux d'enfants où dans les trois ans après une séparation 30% de enfants ne voient plus le parent qui n'a pas la garde (dans 90% des cas le père)...

Madame, refusant d'ammener Artus chez nous, comme le lui demande l'ordonnance. Je ne verrai donc pas mon fils ce Noël, comme en 2002 où elle refusait aussi et 2003 où madame avait disparu sans laisser d'adresse.

Je vais donc juste saluer tous les parents qui seront coupés injustement de leurs enfants ce Noël et dire aux autres: profitez en bien, vous avez de la chance...

Moi, j'ai pris l'habitude, ces dernières années de fêter Noël quand mon fils est là, même si c'est en juillet ou à paques. Déjà on n'a pas à supporter ces avatards de Coca colas que sont les barbus rouges d'une autre forme de totalitarisme religieux (celui des jouets en plastique made in les enfants sans ressources). Et puis celà nous permet de faire la fête plus souvent... parce que rire et fêter c'est avant tout un état d'esprit

Vous ne connaissez pas le sapin de paques?

Vous devriez essayer, cela fait oublier les lapins de Noêl...

mardi 12 décembre 2006

Lettre à Madame Royal

Aujourd'hui, j'ai écrit par mail à Madame ROYAL (site assemblée nationale) à propos de ma situation:

Madame Royal

Je tenais à vous informer personnellement d’une situation qui n’est pas normale et qui salit le pays de droits de l’homme parce qu’il n’est pas aussi celui des droits d’un l’enfant à avoir ses deux parents

Tout le monde croit qu’un père obtient l’autorité parentale en allant déclarer sa paternité en mairie. C’est entre autre, ce qu’indique le site du ministère de la justice.

Hors aucune des lois permettant au père de voir réellement son enfant, ne sont basées sur l’autorité parentale (loi sur les enlèvements, la non présentation d’enfant ou concernant les déménagements sans laisser d’adresse).

Quelle est donc l’autorité parentale réelle d’un père n’ayant plus l’adresse de son enfant et qui se fait répondre par tous les services de l’état que ceux-ci ne peuvent rien faire ? Je parle des commissariat de police, procureur et préfecture.

Je n’étais pas marié. En 2003 ma seconde compagne disparaît avec mon troisième fils sans laisser d’adresse, Impossible alors pour moi de demander à un juge aux affaires familiales de me donner un droit de visite, le tribunal compétent étant celui du domicile de l’enfant disparu. Ensuite je vais me faire répondre partout, que l’on ne peut rien faire pour moi et je devrai ainsi retrouver seul l’adresse de la mère par mes propres moyens. J’ai été coupé ainsi de mon fils 18 mois d’affilé et je l’ai retrouvé par mes propres moyen à 700 km de chez moi.

Le procureur de Valence classera mes plaintes sans suite en expliquant que rien ne peut être retenu contre madame car je n’avais pas de décision du juge fixant mon droit de visite. Madame aura donc disparu en me coupant de mon fils 18 mois en toute en toute impunité.

L’autorité parentale pour un père n’existe donc réellement de fait, qu’après être passé devant un juge. Mais comment saisir un juge sans l’adresse de l’enfant ?

Vous pouvez consultez mon blog www.papasolo.blogspot.com ou mon site www.yaovi.com pour avoir plus d’informations sur la réalité de devenir un père aujourd’hui. Vous risquez d’être un peu surpris de ce que nous avons du enduré les enfants et moi. Et ce que nous endurons encore à savoir des non présentations d’enfant répétées (autre forme d’enlèvement).

Bien cordialement votre, en espérant que ce message retienne votre attention. Et que vous puissiez agir contre ces situations légales d’enlèvement d’enfants en France

jeudi 7 décembre 2006

Les noyers


Mon ARTUS

Ta maman m'a dit que nous ne verrions pas, une fois de plus, ce WE. Elle refuse de t'amener jusqu'à BELVERNE. Trop perdu dit elle, en me repprochant un éloignement qu'elle nous a imposé elle même quand tu avais 10 mois. A Romans sur Isère, elle refusait de venir te chercher. Elle n'est jamais sortie de la gare TGV pour venir voir où tu passais tes WE. Par contre cela ne l'empêchait pas de m'accuser de ne pas avoir là bas, les moyens de te recevoir. Mais bon, si cela lui donne une raison d'exister...

Nous ne nous verrons pas ce WE une fois de plus...
Les pères dans notre pays ne sont père que par la volonté de leurs compagnes, car même les décisions de justice ne protègent pas le droit des enfants à avoir deux parents.
Mais l'important pour moi est que je sois un père à tes yeux même si j'ai été privé de toi. Tout cela est plus difficile pour tes frères à qui tu manques beaucoup...

Alors je suis allé planter deux noyers dans le jardin en face
J'espère qu'ils deviendront aussi beau que celui ci qui se trouvait près de Banon
Quand tu seras grand, ils seront surement couverts de noix...

mercredi 6 décembre 2006

Ma chère assureuse

En 2001 quand Artus est né, j'avais une entreprise de fabrication de skate board. J'avais mis quelques années à la monter. Et question clientèle cela marchait plutôt bien.

Ma deuxième ex travaillait comme cadre chez l'un des plus gros courtier en assurance à Levallois Perret. L’entreprise AON. J’ai donc naturellement pris mes contrats d’assurance par leur intermédiaire. La mère de mon fils travaillant dans la place, je pensais que je serai bien assuré.

Malheureusement quand nous avons connu un problème avec la chaîne de production robotisée (merci PADE pour votre incompétence). Le contrat en bris de machine et perte d’exploitation de mon assurance n’a pas fonctionné.

Il y avait un vice caché dans le contrat !!! Gloup !!!

Ne t’en fais pas me dit mon ex je vais arranger cela. Et AON me fait signer en avril 2001 un nouveau contrat. J’avais Artus sur les genoux ce jour là. Et sa soit disante marraine, Marie Cécile Blondet, de m’affirmer que j’étais aussi bien couvert que dans les contrats qu’elle signait avec Danone. A elles riaient ce jour là, les YEDDOU, BLONDET et BERTETIC… et Artus faisait des risettes...

Deux mois après toujours pas de remboursement sur un préjudice se montant en million de francs. Mon ex m’annonce qu’elle retourne à Paris pour s’occuper de mon dossier. Comment ne pas la croire…

Paroles, paroles, paroles…

Seulement en juillet 2001, elle démissionne de chez AON pour partir chez le concurrent MARSH suivre la chère marraine de mon fils. Mon fameux contrat disparaît chez AON qui me dit que je ne l’ai jamais signé. Gloup!!!

Mon ex refuse alors de me couvrir par un courrier et je ne récupèrerai le contrat signé en avril que par le biais de l’expert qui me dira un peu plus tard qu’il y a aucune chance pour que je sois remboursé. Les assureurs sachant que les entreprises ne peuvent se relever d’un procès, ils préfèrent ne pas rembourser et attendre la fermeture des petits clients comme moi. C'est tout bénéfice. Il était donc déjà trop tard pour moi. J’aurai peu être pu m’en sortir avec une lettre de mon ex me permettant de saisir une procédure de justice rapide. Mais comment aurai je pu imaginer que la propre mère de mon fils allait me planter ainsi et me refuser de l'aide?

Derrière cela, pour couvrir le défaut d’assurance, il a fallut recapitaliser la SA et n’ayant plus d’argent j’ai perdu ma présidence, mon travail et un peu plus tard mon entreprise.

Quand je me suis retrouvé sur la paille, mon ex m’a repris ARTUS et a refusé de m’aider. Allant raconter à tous les amis que si ma boite avait fermé c’était de ma faute, à cause de ma gestion disait elle et que j’étais parano de lui en vouloir…

C’est vrai que c’est de ma faute. Je n’aurai pas du faire confiance à la mère de mon propre enfant. C’est vrai que quand on est assureur, ce type de comportement dans le mensonge, c’est un peu une seconde nature. Et puis pour madame, il fallait préserver sa belle carrière…

En mai 2002, n’ayant personne pour garder Artus cet été là, elle réapparaît après m’avoir coupé de lui abusivement pendant 5 mois (elle avait seule autorité parentale, m’avait elle écrit). Je lui demande alors, de me faire le courrier à propos de l’assurance, qu’elle me refusait l’année précédente. Il fallait que je me couvre d’une faute de gestion sur ce point. Elle n’avait plus de risque. Mon entreprise était en liquidation, elle ne risquait plus qu’un procès contre AON vienne entacher sa belle carrière chez MARSH.

Vous trouverez ci-joint sa lettre en cliquant sur ce lien YEDDOU-AON

Dans ce document, elle explique que son ancien employeur m’a planté. Elle oublie juste de dire que je n’ai signé ce contrat que parce que je lui faisais confiance. Elle avait même piqué une crise de nerf le jour où j’avais voulu faire valider le contrat par mon avocat (je sais je n’aurai pas du lui faire confiance, mais c’est la mère de mon fils). Elle oublie de parler aussi du contrat définitif que m’a fait signer AON en avril 2001 et qui comprennait la fameuse clause oubliée précédement.

Ne figure bien sûr pas non plus la façon dont elle m’a baladé jusqu’à sa démission de chez AON en juillet 2001, me demandant même des augmentations à quelques jours son départ. Démission qu’elle ne m’annoncera qu’une fois installé chez MARSH en Août 2001. pendant ce temps là je m'occupais seul de notre fils à Romans sur Isère. Il avait 7 mois...

Alors, je pense raisonnablement maintenant, avoir le droit de ne pas avoir confiance, quand elle me dit qu’elle va faire quelque chose. Je ne l’ai jamais vu tenir ses engagements. Pourquoi s’arrêterait elle d’ailleurs, puisque cela lui réussi si bien auprès des JAF et des quelques amis qu’elle a encore ?

Oui, mon ex m’a escroqué avec sa collègue de travail (une de ses meilleures amies chez qui on est même aller manger) et ce au profit de son ancien employeur AON et c’est en partie à cause de cela que j’ai perdu plusieurs années de ma vie professionnelle et que j’ai encore du mal à m’en remettre. La prime d’assurance ils l’ont touché bien sûr, 75000 fr environ, mais mon entreprise n’a pas été assurée…

Lettre C2GS à AON

Augmentation de prime

Dernier courrier de l’expert

Et ainsi va la vie… il faut bien survivre

Mais qu’imaginez vous, qu’elle racontera à notre fils sur cette partie peu glorieuse pour elle de notre vie?

Pourquoi croyez vous, qu’elle fasse l’impossible pour me couper de lui?

Cela serait si simple pour elle, si elle pouvait dire : "tu vois ton père ne t’aime pas, il faut l'oublier". Si simple si les ponts étaient coupés définitivement et que l’enfant ne grandisse pas en se posant des questions ? Elle pourrait ainsi garder la sainte image de mère parfaite qu’elle essaie de donner à tous…

Malheureusement, cette histoire est aussi l’histoire d’ARTUS. Même si on essaie de l’en préserver au maximum, elle fait parti de lui, des mois pendants lesquels on en est privé. De l’image parfaite qu’aimerait se construire sa mère en me diabolisant et en inventant milles tracas pour se donner de la contenance. Que se passera t’il le jour où adulte Artus comprendra?

Dernières nouvelles

Lettre AR et mail

mercredi 6 décembre 2006


Madame Y

Comme je ne cesse de vous le répéter. Je vous demande de respecter l’ordonnance de juin 2006 et d’amener notre fils à BELVERNE et non pas à 75 km de chez nous en prenant une fois de plus ARTUS en otage. Je n’ai pas de voiture et pas les moyens d’en louer une pour vous rendre service.


Si vous étiez bien intentionné vous ne m’enverriez déjà pas des courriers (comme chaque fois) trois jours avant la date du WE en sachant que je n’aurai pas le temps matériel de vous répondre. Votre courrier est partie le 5 de la Défense soit hier. Alors que Artus est censé arriver chez nous Vendredi dans deux jours. Depuis un mois alors que vous étiez parfaitement injoignable au téléphone, vous aviez largement le temps de faire autrement.

Même en me déplaçant à Paris, le deuxième WE de novembre 2006, vous m’avez quand même empêché de voir ARTUS. Vous avez refusé de me parler, tant en direct que par téléphone. Vous avez même refusé de répondre à la police qui vous relançait après que vous les ayez appeler pour me faire partir.

Vous me proposez maintenant de participer à mes frais d’essence pour aller à l’aéroport. Sur le papier c’est un progrès, si on ne vous connaissait pas.

Quand vous deviez payer le trajet retour des voyages d’ARTUS depuis VALENCE à PARIS, vous ne l’avez jamais fait et devant votre refus d’avancer les billets de train, il avait fallu trouver un accord amiable avec votre avocat que vous avez vous-même cassé quelques mois après en ne venant pas chercher ARTUS et en portant plainte contre moi de façon abusive. Je sais donc, que si j’avance ces frais, je ne serai jamais remboursé. Vous m’avez suffisamment escroqué en tant qu’assureur par le passé pour que je sache qu’elle est la fiabilité de votre parole.

En novembre, je vous avais proposé de me payer un taxi pour aller chercher ARTUS à l’aéroport. Vous avez refusé, votre avocat, maître BRIAND, aussi tordu qu’à son habitude, déduisant que je voulais qu’ARTUS prenne le taxi seul (ce qui n’a jamais été mon intention) nous répondant le vendredi après midi qu’Artus ne prendrait pas l’avion. Cela restait facile à une demi journée du WE, d’agir ainsi. Mon déplacement chez vous à ASNNIERES a bien prouvé que vous n’aviez pas réellement l’intention que je vois ARTUS. Et je constate dans votre courrier que votre bêtise sur ce point n’a pas évoluée.

Ma proposition du mois dernier reste donc valable. Vous pouvez toujours affréter et payer un taxi pour que j’aille chercher ARTUS à l’aéroport. Autrement, je vous demande une fois de plus d’amener ARTUS chez nous à BELVERNE comme le veut l’ordonnance de juin 2006 que vous n’avez jamais respecté. Le mieux que vous ayez fait, est de l’amener à VESOUL à 45 km de chez nous, alors qu’il y avait une gare sur la même ligne à 11 km de BELVERNE.

Je ne comprends pas ce que vous gagnez à agir ainsi. Quelle jouissance pouvez vous avoir à faire peur ainsi à ARTUS, au point qu’il parle au téléphone comme un attardé ? Vous pouvez continuer à lui mentir et à lui transmettre vos propres phobies. Cela sera forcement à son seul désavantage. Pour appeler la police parce que j’étais venu chercher mon fils, mon WE de garde novembre, il faut être une grande malade. Et pour ARTUS, je vous invite donc une fois de plus à aller vous faire soigner le plus vite possible.

Et ne venez pas me resservir la sauce de la femme battue ou violentée que vous n’avez jamais été, mais que vous servez à tout le monde pour excuser et justifier votre propre violence. Je le sais d’autant plus, que vos collègues m’envoient des messages de soutient ou les écrivent sur mon blog.

Votre recommandé du jour est adressé d’une adresse à la défense que je ne connais pas.

Avez une fois de plus déménagé sans m’avertir ?

Ou bien utilisez vous le compte et l’adresse de votre employeur pour vos courriers personnels recommandés ?

Bien à vous madame Sabine Y

Philippe GM

mardi 5 décembre 2006

Suicide d'un père

Annonce du suicide de Monsieur Stephane LAFARGUE, enseignant, père de Paul 10 ans, victime de l'exclusion parentale et du déni de la discrimination anti-père de la société

Communiqué de Presse:

Monsieur Stéphane LAFARGUE,
Père de Paul 10 ans et demi, initiateur et co-fondateur du projet
« Collectif pour la Coparentalité et la résidence alternée paritaire »
a mis fin à ses jours le 1 er décembre 2006.


Bonjour,

Nous avons reçu un email, ci-dessous, de Monsieur Stéphane Lafargue, enseignant, qui se bat depuis plusieurs années pour son fils, Paul., annonçant sa décision de mettre fin à ses jours datant du 1 er décembre 2006. La Gendarmerie Nationale de la localité LE PONT DE MONTVERT - 04 66 45 80 02, m’a informé avoir constaté le décès de Monsieur Stéphane LAFARGUE le 3 décembre 2006.

A titre personnel, comme beaucoup de militants, nous avons tenté de décourager Monsieur Stéphane LAFARGUE dans son projet de grève de la faim. Je n’avais pas imaginé qu’il irait jusqu’à mettre fin à ses jours, d’autant qu’un militant se bat contre l’injustice, le suicide n’est pas la solution pour mettre fin à une discrimination que personne ne veut reconnaitre dans notre pays. Nous sommes profondément choqués par cette nouvelle. J’ai eu à apprendre ce type d’évènement régulièrement depuis cinq ans que je suis engagé dans cette cause, je ne vous cache pas que l’on ne s’habitue pas et plus que jamais, je ressens un certain dégout devant l’indifférence de la société, et surtout des responsables politiques, face à une telle souffrance.

Je rappelle que Monsieur Stéphane LAFARGUE avait également participé activement à la création de l’Association Allo Papa Allo Maman, dirigé par Monsieur Philippe TRONCIN.

C’est une perte immense pour son fils, Paul, c’est aussi une grande perte pour la cause de l’égalité parentale par ses nombreuses contributions.

Je vous joins la copie de l’article du Midi Libre, son Blog http://sauverpaul.over-blog.com et la lettre qu’il avait adressé à Madame Ségolène ROYAL.

Je ne sais pas quoi dire de plus, ni que faire d’ailleurs.

Bien à vous,

Alain

vendredi 1 décembre 2006

Adieu Stéphan

"Salut à tous,

Merci de tout coeur à tous ceux qui m'ont soutenu dans mon combat et à tous mes autres amis.

Pardonnez-moi de vous abandonner, mais ce n'est vraiment plus supportable pour moi de devoir devenir un père sans enfant.

Aucune issue se dégage. Je voudrais que Paul ne grandisse pas au milieu d'un champ de bataille perpétuel et vue les conditions, je ne vois d'autre solution que de disparaître.

Si la société avait vraiment voulu que Paul ait un père, elle n'aurait pas laissé la "justice" le détruire psychologiquement.

Je vous embrasse tous

Stéphan
"

Ce fut son dernier message... Adieu Stéphan


mercredi 29 novembre 2006

Graines d'arbre



Il faisait gris mais c'était une belle journée.
J'ai reçu les arbres dont nous avions parlé mon Artus.
Les 5 liquidenbars, l'arbre Caramelle qui sent le pain d'épice en automne, les érables du japon pourpres et jaunes, l'arbre à papillon, les noyers de ta grand mère...
Je vais les planter en attendant et nous les planteront définitivement quand tu sera là. Les arbres c'est patient. Cela donne du temps.

Chaque jour au jardin, quand je passe devant tes saules, j'ai une pensée pour toi. Pour cette balade d'hivers au bord de l'Isère où nous avions coupé ces tiges oranges. Pour tes yeux émerveillés de voir pousser les feuilles au fil de WE. Pour ta joie de les planter et de me dire qu'ils sont à toi.

Toi, si loin dans ta grande école comme tu dis, en dernière section de maternelle. Avec ce Bernard que je neconnais pas et qui te garde après le gouter et qui te verra plus que moi cette année. J'espère que c'est un mec bien ce Bernard. Et qu'il ne va pas pourrir les petites graines d'arbre que j'ai planté dans ton coeur quand tout petit, je m'occupais de toi.

lundi 27 novembre 2006

Conclusions Mme S

J'ai reçu ce matin les conclusions de Mme S en appel à GRENOBLE.
Le dossier est stucturé sur 19 pages

J'y suis accusé:

De ne pas élever mes enfants.
D'avoir causé un accident vasculaire cérébral à madame S.
D'être la cause de sa fragilité et de sa violence
De manipuler mes enfants pour qu'ils inventent les violences qu'ils ont subi.

Je cite:

"Il est produit au débats les extraits du site créé par M GROS Yaovi.com où il traite le Dr MOREL de souteneur, accuse et se plaint de tout de tous, juges, avocats, policiers, ses compagnes successives et se fait passer pour une victime en tenant des propos émaillés d'affirmations mensongères, diffamatoires, traduisant son coté pervers, manipulateur, narcissique et mégalomane."

Je passe sur les détails, ces conclusions, c'est 19 pages de mensonges, avec un mensonge à chaque ligne. Impossible de répondre à tout tellement il y en a. Je ne sais pas comment les avocats et avoués sont autorisés en France à sortir de tels torchons en toute impunité. C'est vrai qu'ils peuvent agir ainsi en toute impunité.

Madame S demande donc le changement de domicile des enfants. Sans même leur avoir demandé leur avis alors qu'ils ont bientôt 17 et 14 ans. Elle ne les a appelé que trois fois en deux ans.

Moi personnellement, j'en ai marre de ce système judiciare juste bon à promouvoir le pire.
Pour les juristes et juges qui viendront ici et liront ces pages. Je vous invite à réfléchir à la vie que nous menons suite à vos décisions. Si j'ai fait ce blog, c'est que j'espère que cela vous amènera à ouvrir les yeux. Parce qu'effectivement soit je suis un fou pervers et narcissique soit le monde judiciaire est bien malade. Le problème est que l'on est maintenant des miliers de pères à raconter la même chose...

samedi 25 novembre 2006

Il faut vivre


ARTUS tu es loin enfermé dans une prison de quotidien sans nouvelles...
Mais il faut vivre, ne pas baisser les bras...
Mon avocat m'a laché, je n'avais pas assez d'argent
Le dossier était trop lourd avec des problèmes chaque WE
De toute façon elle ne servait à pas grand chose cette avocate
Dans l'incapacité complète de faire respecter la dernière décision du juge
Le mieux en justice reste de faire ce qu'il faut soit même
Et il faut vivre, ne pas baisser les bras

Nous allons au jardin aujourd'hui
Préparer le printemps
Rentrer du bois
Déplacer quelques rosiers et planter des érables
Je prendrai soin de tes saules mon ARTUS
Nous ne les tailleront que l'année prochaine

Le temps passera vite
Et je sais que nous nous retrouverons
Et je partagerai avec toi la même qualité d'histoire que celle que je construit avec tes frères
A bientôt mon fils volé...

mardi 21 novembre 2006

Anniversaire

Il y a trois ans exactement. Un vendredi après midi. Vivien en sortant de l'école prennait le train de sa propre initiative pour venir chez moi. Cela a changé notre vie. Nous l'avons fêté dignement avec une bouteille de limonade et un concert de Florian à la guitare...
Cela passe vite trois ans quand on a ses enfants...

lundi 20 novembre 2006

Journée des droits de l'enfant

C'est la journée des droits de l'enfant

Quels sont tes droits mon ARTUS qui qui ne peut me voir?
Je me demande comment tu la vis cette journée des droits de l'enfant
N'est ce pas un droit inaliénable pour un enfant que de voir ses deux parents?
Pas en france en tous cas...

Qui sont les policiers ayant frappé Vivien et menacé Florian chez eux, le soir de l'enterrement de leur grand père? Trois ans après nous ne savons toujours pas...
N'est ce pas étrange

Une belle journée remplie de mots biens intentionnés
La réalité est tout autre...

dimanche 12 novembre 2006

WE perdu

Florian m'a appelé dimanche

"Tu as pu voir Artus aujourd'hui ?"
"Non mon Flo, pas la moindre nouvelle"
"C'est dégueulasse, tu ne peux pas voir Artus alors que tu es allé à Paris et nous n'avons même pas pu passer le WE avec toi"
" Je sais mon Flo, mais que faire? On peut juste continuer à vivre et être heureux. C'est la meilleure chose à lui offrir"
"Tu as raison, papa. Je vais aller jouer de la guitare. Mais c'est dégueulasse..."
"Je t'embrasse mon Flo, joue bien"

samedi 11 novembre 2006

Toc Toc

J'entends ta voix derrière la porte.
Je sonne: dring dring
Tu dis: Qui ce que c'est?
Je réponds: C'est Papa
"Tais toi!" fait une autre voix
Ensuite, le silence et le fond musical de la stéréo qui perdure

Toc toc toc
Pas de réponse
Mon téléphone sonne
La police
"Que faîtes vous là?" me dit l'agent. "Votre ex compagne nous signale que vous frappez à sa porte, nous allons envoyer une patrouille"
"Je sonne aussi" répondis je. "C'est mon WE de droit de visite, je viens chercher mon fils. Sa maman ne l'a pas amener chez vous comme le veut l'ordonance"
"Vous avez la preuve de ce que vous dites" me dit l'agent
"Oui j'ai d'ailleurs posé l'ordonance à votre commissariat avant de venir, vous l'avez donc aussi"
"Frappez à la porte" me dit l'agent
Toc toc toc
"Personne ne répond, comme vous le constatez" répondis je
"Je vais appeler" me dit l'agent
Elle raccroche (c'était une femme) et me rapelle quelques minutes plus tard
"Donnez moi son numéro de portable, cela ne répond pas, j'ai du me tromper"
Je le lui donne.
Un peu plus tard le téléphone sonne.
" Elle ne répond pas, on ne peut rien faire, revenez au commissariat faire une main courrante"

J'ai appelé à nouveau un peu plus tard
C'est toi, mon ARTUS qui a répondu. C'est la première fois en presque 6 ans que je t'ai au téléphone. Tu parlais comme un attardé, cela m'a fait mal. Je ne t'avais jamais entendu ainsi avant. Je t'ai demandé de me passer ta maman. Tu m'as dit qu'elle ne voulait pas et tu as raccrocher.

Peut être que le procureur retiendra la plainte maintenant?

Mais l'essentiel est que tu saches contrairement à ce qui t'as été dit, qui je suis venu jusque chez toi pour te voir. Derière la porte close, je sais que tu as entendu ma voix.

vendredi 10 novembre 2006

Pas d'Artus

Nous ne verrons pas Artus ce WE.
Je ne peux pas aller le chercher à Bale Mulhouse à 75 km de chez moi, alors il ne vient pas.
C'est ce qu'elle vient de me répondre.

L'ordonance dit pourtant:

"à charge pour la mère d'assumer les trajets allers (de son domicile à celui du père) et au père d"assumer les trajets retour (de son domicile à celui de la mère)"

Nous n'avons pas vu Artus en septembre et nous ne le verrons pas ce WE.
Est ce normal?
Certain diront que je n'avais qu'à me démerder pour aller le chercher...
Je sais que personne ne dira jamais rien à madame...

Peu être le verrons nous le mois prochain?

jeudi 9 novembre 2006

Et cela continue

Soit je fais 75 km par mes propre moyens pour aller chercher mon fils à Bâle Mulhouse (150 km allé retour).
Soit je ne vois pas mon fils.

Que faire?

Madame ne respecte pas l'ordonnance de juin qui lui demande d'amener ARTUS chez moi. Elle a trouvé une solution pratique pour elle, elle l'envoie à 75 km, charge à moi de me démerder à le récupèrer par mes propres moyens. Louer une voiture quand je ne peux en emprunter une me coûte plus cher que le voyage retour.

Que penserait t'on, si moi je le ramenais à Auxerre plutôt qu'à PARIS ?

Dans ce type de chantage, l'expérience m'a montré que si l'on laisse passer les choses ne vont jamais en s'arrangeant. On finit souvent par lacher du lest en pensant bien faire pour l'enfant. Puis les choses empirent. Pourquoi madame s'arrêterait elle, alors que depuis des années, elle est en toute impunité.

Avant de passer devant le JAF, elle m'avait coupé de mon fils et avait proclamé avoir seule l'autorité parentale. Déménageant même sans laisser d'adresse à 650 km.
Après la première décision du JAF elle ne voulait pas payer sa part de voyage et il avait fallu trouver un accord amiable où elle assurait le transport retour, accord qu'elle a cassé en février 2005 et qui n'a tenu que trois mois. La dernière décision a réduit mon droit de visite et lui demande d'amener l'enfant chez nous. Elle ne l'a jamais respecté. Je n'ai pas du tout vu mon fils en septembre et je ne le verrai peu être pas demain. Pourquoi changerait elle d'hatitude alors qu'elle ne risque rien strictement rien?

J'ai demandé à madame d'affrêter un taxi depuis MULHOUSE pour qu'Artus arrive chez nous.
Le verrons nous demain? Rien n'est moins sûr...

Incertitude

Ce WE est le deuxième du mois. Théoriquement nous devrions voir Artus. Pourtant nous sommes jeudi et je vis dans la plus grande incertitude.
L'amenera t'elle à la maison comme le lui demande la dernière ordonnance?
M'obligera t'elle à aller le chercher à Mulhouse 75 km ou à Vesoul 45 km ou encore à un autre endroit déterminé aux derniers moment?
En fait je n'en sais encore rien.
Décidera t'elle comme en septembre que le deuxième WE du mois n'est pas celui ci mais un autre qu'elle me fera aussi sauter, profitant ainsi largement du laxisme présent en France au profit des mères dans les non présentation d'enfant. Il y a seulement 16 % de condamnations en France pour non présentation d'enfant. Ce chiffre est à éclairer du fait que pour se retrouver devant le tribunal, il faut au moins de nombreuses récidives.

samedi 4 novembre 2006

Troisième balade

Une troisième balade magnifique avec des lumières difficiles mais tellement belles
Encore des chemins somptueux et cette fois ci beaucoup de rencontres
Artus a eu quelques difficultés à ce mettre en jambe mais a fini en galopant avant de s'écrouler dans la voiture les bras chargés de trésors: une coquille de moule d'étang, un rameau de gui et de sapin, une feuille de charme...
C'était une belle dernière journée avant de retourner demain à Paris
A bientôt le tauro et les vaches...

mardi 31 octobre 2006

AlloOUine

Ils ont fait des masques terribles les minaux
Après ils sont allés faire peur à tout le village et ont ramené des kilos de bonbons
De quoi tenir au moins jusqu'à l'années prochaine...

lundi 30 octobre 2006

Les milles étangs


Ce pays se rencontre avec des sourires
Il est pudique et ne se laisse pas découvrir sans éfforts
Mais pour ceux qui ont chaussé les gaudasses et suivi les petits sentiers
C'est un enchantement...

Hiers Baptiste et Artus se sont balladés avec moi au bord des étangs
Ils ont grimpé des rochers, observédes grenouilles, admiré la lune et les avions se perdant au fond de l'eau bleu. C'était une merveilleuse journée pour moi et les deux parisiens...

dimanche 29 octobre 2006

ADSL

Enfin une connection digne de ce nom.
Acquise de haute lutte, c'est le moins que l'on puisse dire après 3 mois, 8 rendez vous proposés et seulement 3 assurés. Avec pour le denier vendredi un technicien sachant enfin de quoi il parle.
La modification de la ligne et un modem plus performant que la live box et tout est entré dans l'ordre. Enfin...

Je vais donc pouvoir reprendre le fil de se blog et remercier tous les messages et soutiens sympatiques qu'il nous procure.

mercredi 25 octobre 2006

ST MARTEEN The friendly Island


Le passeport de mon EX accompagnait ARTUS.
Bien obligé elle n'a toujours pas fait refaire la carte d'identité d'ARTUS et il fallait une pièce d'identité pour l'avion.
C'est fou ce que cela raconte un passeport.

Le 24 novembre 2004 elle était allée se faire bronzer à ST MARTIN
Le 17 mars 2005 aussi

Qu'elle parte en vacance où elle le souhaite, cela ne me pose aucun problème.
Mais qui s'occupe de mon fils quand elle est dans les îles alors qu'elle en a la garde?
Comment se passe son autorité parentale quand elle est à des milliers de kilomètres.

Les vacances de Toussaint 2004 était du Samedi 23 octobre au Jeudi 4 novembre 2004
Les vacances d'hivers 2005 à Paris étaient du Samedi 19 février au Lundi 7 mars 2005

Madame prend donc ses vacances hors période scolaire comme quand elle était célibataire.
Je comprends mieux pourquoi elle nous a présenté en appel à Versailles, une facture pour montrer ses dépenses en garderie pendant les vacances d'ARTUS, parce qu'elle travaille. Elle travaille pendant les vacances d'ARTUS pour pouvoir être en vacance tranquille pendant qu'il est à l'école. L'enfant lui coûte cher se plaignait t'elle en appel.

Je comprends aussi mieux pourquoi en mars 2005, elle ne répondait ni à mon courrier, ni à mes messages. J'avais été interpellé par la maîtesse sur l'exitation d'Artus. C'était sa soeur qui était venue chercher l'enfant en fin de WE mi mars 2005. Tout s'explique...

Chacun pensera ce qu'il veut, mais je suis triste pour mon fils de savoir qu'il passe ses petites vacances en garderie à Annières sur seine.

mardi 24 octobre 2006

Les vacances de TOUSSAINS

Nous sommes allé chercher ARTUS à BALE (75 km de chez nous)
C'était ça où rien. Madame ne pouvait pas faire le déplacement.

Elle m'avait prévenu mercredi par son avocat qu'ARTUS arriverait par avion à 21 h à l'atterrissage.
En fait l'avion a atterrit à 20h40. L'hotesse en charge des enfants commençait à s'inquiéter parce que le téléphone inscrit sur sa fiche ne fonctionnait pas. Madame avait noté mon ancien numéro de portable... Faut pas chercher à comprendre, c'est ainsi. J'aurrai du vérifier les horaires chez air France.

Heureusement nous étions en anvance sur l'horaire de 21h. Artus était joyeux de nous retrouver, de retrouver sa chambre à la maison.

dimanche 22 octobre 2006

Deuxième balade

Ce fut tout simplement merveilleux
Merci à nos guides de nous offrir le meilleur sans efforts
Ce pays est un peu pls beau chaque jour

Le Bernard

Ce matin nous sommes allé à "la pêche"
Et nous avons rencontré le Bernard, tout sourire et recouvert de boue
La pêche c'est ici quand ont vide les étangs en octobre ou au printemps
Un beau moment de convivialité que je mettrai sur le site en forme de reportage

J'ai acheté deux beaux brochets que je ferai au beure blanc ou en quennelles
J'espère que je saurai garder le même regard que le Bernard quand j'aurai son âge.

dimanche 15 octobre 2006

Retour à Paname

Le WE est passé trop vite. "C'est déjà fini, c'est trop court un WE" a dit ARTUS, dimanche midi quand je lui ai dit qu'il fallait partir. Nos avons pris le train où il a dormi une bonne partie du voyage. A la gare madame était en retard. Elle est arrivé dans mon dos et a emporté l'enfant que je tenais par la main comme un paquet. Sans un bonjour et sans même me laisser le temps de lui dire aurevoir. Je l'ai vu s'éloigné dans les bras de sa mère, tentant de me faire aurevoir de loin avec le main. Comment ne pas être triste devant une telle attitude... Au moins je ne me fais pas insulter systématiquement comme avec la mère des deux grands quand j'allais les ramener. Cela va me faire du bien de voir mes amis ce soir.

vendredi 13 octobre 2006

Enfin ARTUS

Nous sommes le deuxième WE du mois
La semaine c'est passé avec des échanges d'avocat journalier
Le mardi madame amenait Artus à Belverne (parfait)
Le mercredi elle l'enmenait à BELFORT (25 km)
Le vendredi si je voulais voir mon fils il fallait que j'aille le chercher à VESOUL (45 km)
Je précise que notre gare est LURE à 11 km de la maison sur la ligne PARIS VESOUL BELFORT

ARTUS est bien arrivé pour le WE
Il avait au pied toujours les chaussures qui parlent de plus en plus et que sa mère lui met inlassablement depuis un an et demi quand il vient chez moi.

A la descente du train elle m'a apostrophé sans même me dire bonjour et m'a demandé quand je comptais ramener l'enfant dimanche. Je précise que je n'avais pas le choix car elle m'avait imposé par le biais de son avocat d'être gare de l'est à PARIS à 18h52 précise. Elle ne voulait pas je ne sais pour quelle raison que ramène l'enfant chez elle à ASNNIERES comme le demande l'ordonance.

Je lui réponds que je n'ai pas encore pris mon billet de train
Sur quoi, elle dit à son accompagnateur: "Tu vois c'est toujours comme ça"
Puis elle s'éloigne avec lui ne me laissant même pas terminer ma phrase

Je dis donc bonjour à ARTUS et lui demande s'il a fait bon voyage. Elle ne m'avait même pas laissé le temps de lui dire bonjour. Après un gros calin, Artus me demande alors pourquoi je n'étais pas venu le chercher le mois dernier et que sa maman lui avait dit que je devais venir le chercher.

Madame YEDDOU et son accompagnateur étant resté dans la gare de VESOUL, je vais lui demandé poliments des explications. Elle se décompose et refuse de répondre en me disant que si j'ai quelque chose à lui dire je n'ai qu'à passer par mon avocat. puis s'éloigne en sortant son portable.

Une conversation s'engage avec son accompagnateur qui m'apprend qu'ils vont reprendre le train en retour pour Paris de 3h du matin. Elle avait donc tout le temps (5 heures) d'emmener ARTUS chez nous. Je suis forcé d'expliqué pourquoi je n'avais pas de billet de train pour dimanche. Ce matin même, je n'étais pas plus sûr de voir mon fils que le mois dernier.

J'appends en retour que la version de madame YEDDOU est que si je n'ai pas pu voir ARTUS le moi dernier, c'est parce qu'il est impossible de s'entendre avec moi et que je refuse la discution. Qu'elle discution est il possible d'avoir avec quelqu'un agissant ainsi?

Artus en montant dans la voiture, m'a dit: Pourquoi maman, elle a menti?

J'étais bien incapable de répondre, pourquoi elle agit ainsi. Que répondre?

Nous étions tous joyeux de le retrouver après plus de deux mois sans le voir. Je n'étais pas mécontent, qu'il sache que je ne lui mentais pas. Nous sommes rentré en chantant jusqu'à la maison. ce soir là il y avait des étoiles dans le ciel et dans nos yeux.

lundi 2 octobre 2006

WEB

La connexion de France Télécom ne fonctionnant pas depuis notre arrivée en juin, je ne peux entretenir ce blog pour le moment. Cela devrait être enfin réparé dans les semaines qui viennent avec le changement de la ligne. A part cela nous allons bien au pays de nos arbres...

dimanche 24 septembre 2006

Première balade

La qualité des voyages tient souvent en grande partie de la qualité des guides
Première balade dans les milles étangs avec des natif du pays
Je pourrai travailler une année entière sur la vingtaine d'étangs que j'ai vu en deux heures de marche. Pour la photo il faudra que je revienne et revienne encore. C'est une belle rencontre avec un merveilleux sujet. Les grands étaient avec moi, comme souvent dans ces moments. Que j'aime les regards de mes fils et qu'il est si bon de pouvoir vivre ainsi ensemble...

Pricesse, l'as tu vu la grenouille bleue?
Je serai heureux de bientôt faire découvrir tout cela à Artus...

vendredi 15 septembre 2006

Une mère en délire

La semaine est passé sur les délires de Madame Y.
Chaque jour un changement d'avis
Mon avocat obligé d'écrire que nous tenions à respecter l'ordonnance
Malgré cela madame Y, après avoir dit en début de semaine qu'elle allait respecter l'ordonnance et nous amener ARTUS, avait subitement décidé que je devais aller chercher Artus à Paris.
Ce que je n'ai légalement pas le droit de faire au vu que nous ne sommes même pas sur mon WE de visite à savoir le deuxième WE du mois. C'est ce que lui a écrit mon avocat.
Malgré cela, je reçois à 17h aujourd'hui un texto de madame qui me demande pourquoi je ne suis pas à la sortie de l'école où la grand mère maternelle m'attend avec ARTUS.
C'est clair je ne verrai pas ARTUS ce soir, ni ce WE. Et ce que fait madame Y, vis à vis de notre fils est particulièrement odieux. Laisser croire à ARTUS que j'allais venir le chercher alors que je n'en ai pas le droit et lui dire que je ne suis pas venu.
Comme je l'avais pressenti nous ne verrons pas ARTUS ce WE ni ce mois ci d'ailleurs.

Que risque madame en agissant ainsi et en bafouant les ordonnances.
Absolument rien. La justice est particulièrement sexiste sur ce type de comportement et une femme a ici tout loisir de ne pas appliquer la loi. Les non présentations d'enfants ne sont réprimandés en France que dans 25% des cas. Pourtant cette infraction relève du pénal.

vendredi 8 septembre 2006

Le deuxième WE du mois

Madame a décider que le deuxième WE du mois ne l'était pas.
C'est ce que j'ai appris ce matin même.
En conséquence elle n'emmenera pas ARTUS chez nous comme le demande l'ordonance de juin.
Peu être l'ammenera t'elle le WE prochain
Nous nous faisions une fête de revoir Artus ce soir et bien c'est raté.
Vivien a veillé tard, dès fois que madame YEDDOU change d'avis.
Rien n'y a fait, nous ne le verrons pas ce WE.

mercredi 30 août 2006

La petite venise

Visite de la petite venise dans la charmante ville de Colmar avec mes aînés. Puis ravitaillement à la cave Gruss en parfums de bouches. Ce fut une belle journée...

jeudi 3 août 2006

Cela passe toujours trop vite



Le mois avec ARTUS est comme d'habitude passé trop vite
Je n'ai quasiement pas fait de photos, de vrai vacances en somme
C'est fou ce que cela rempli comme espace vital un lutin de 5 ans et demi
Nous avons été heureux de passer ce mois de juillet avec toi.
En septembre on ceuillera les haricots que tu as planté et qui miracle poussent déjà...

mardi 18 juillet 2006

Descendant d'alsacien

Artus galopant au pays de ses origines.
C'est pas toujours évident de savoir d'où l'on vient de nos jours.
Et c'est un beau pays l'alsace...

mardi 20 juin 2006

Amertume fin juin

Fin juin le rendu du tribunnal d'appel.

A la lecture de l'ordonnance j'ai eu le coeur gros.
Mon impression de sortie d'audience était faux.
La décision est sexiste et habituelle

Nous verrons moins ARTUS
Madame a été entendue dans presque la totalité de sa demande
Le juge va même me repprocher de n'avoir pas pu voir l'enfant régulièrement alors que sa mère avait déménagé sans laisser d'adresse. Quand c'est à ce point là de parti pris aveugle, que faire?
De toute façon, j'aurai pu dire n'importe quoi, j'avais tord. Aucun de mes arguments n'a été retenu. Aucun.

Je ne verrai ARTUS plus qu'un WE par mois.
Le deuxième. Pourquoi le deuxième, parce que madame l'a demandé.
Je le verrai par contre la totalité des petites vacances et la moitié des grandes.
La seule chose que madame n'a pas obtenu c'est que j'ai la charge de l'intrégralité des transports comme elle l'avait demandé.
L'ordonnance précise qu'elle devra amener ARTUS a mon domicile à BELVERNE après l'école le deuxième WE du mois et au début des vacances qui me sont attribuées.

En fait c'est un mode assez classique de jugement.
La mère éloigne l'enfant du père
Premier jugement avec un droit de visite 1 WE sur deux
La mère construit des problèmes ( refus d'assurer sa part de transport)
Le juge constate qu'il y a des problème et sanctionne le père en limitant son droit de visite
Est ce que cela va faire changer celle qui cause les problèmes?
J'avais eu la même chose à Marseille. Chaque décision disait à madame: continuez!!
Je suis donc particulièrement pessemeste pour la suite.
D'autant que le juge m'a coupé tout accès à l'école et à la scolarité d'Artus en m'ottant le plaisir d'aller le chercher...

vendredi 2 juin 2006

Les chaussures qui parlent

Quinze jours ont passé depuis le dernier WE
Mais mes chaussures sont les même
"Les Chaussures pourries c'est pour aller chez Papa"
Dans le train nous avons bien rigolé en jouant aux chaussures qui parlent

Regardez, elle va me manger avec sa grande bouche de chaussure à dents

Vite, vite, au placard les chaussures qui parlent...

vendredi 26 mai 2006

Au procureur de Valence

Monsieur le procureur

Je viens enfin de recevoir de votre bureau les pièces du dossier n°36623 du 25 septembre 2003

Deux pièces manquent dans votre dossier :

Ma plainte pour maltraitance de mes fils par leur mère.

Le certificat médical du Dr VILETTE qui avait entendu les enfants avant que je me rende au commissariat de Valence pour porter plainte. Certificat médical attestant de la pression psychologique subie par mes fils et que j’ai remis en main propre aux policiers du commissariat de Romans.

Expliquez moi pourquoi, alors que je me suis rendu à plusieurs reprises au commissariat de Romans sur Isère (sans mes enfants le lundi et avec mes enfants ensuite le mardi qui y ont laissé leurs témoignages parlant de menaces de leur mère avec une batte de base ball) aucune plainte de ma part n’a été saisie, ni aucune plainte ne vous soit parvenue du dit commissariat?

Le jeudi, je me suis rendu avec mes fils au commissariat de Valence avant d’être emmené à Romans (relire mon témoignage à votre dossier où je déclare être allé au commissariat de Valence pour porter plainte car n’ayant pas été entendu à plusieurs reprises à romans)? C'est d'ailleurs au commissariat de Valence que les policiers romanais m'ont interpellé.

Pourtant, aucune plainte de ma part contre madame S. ne figure à votre dossier, alors que c’était pour cela que j’étais allé chercher mes enfants à Marseille le lundi, sous conseil entre autre d’un policier du dit commissariat de Romans.

Il est étrange aussi que le certificat médical du Dr VILETTE (Valence) ne soit pas à votre dossier qui est donc parfaitement incomplet et je ne crois pas que vous l’ayez perdu. Le médecin témoignera volontiers dans mon sens, vous pouvez d’ailleurs l’interroger.

Je réitère donc ma plainte contre X du 5 avril 2006 pour non assistance à enfants en danger, dans le cadre d’une mise en danger d’enfants avérée et jugée comme telle. Je rappelle que pour les faits que j’ai vainement tenté de vous signaler à l’époque, que mes fils ont été retirés à leur mère en janvier 2004 pour mise en danger d’enfants (article 375) et m’ont été confiés, heureusement pour eux.

Veuillez agréer monsieur le procureur, mes respectueuses salutations

vendredi 19 mai 2006

Les chaussures d'Artus

Aujourd'hui, j'ai retrouvé Artus à l'école chaussé ainsi.

Ces chaussures je les connais bien, cela fait un an qu'il porte les mêmes quand je le retrouve à l'école. Elles sont trop petites pour lui, percées dans les doublures intérieures. Visiblement usées. Il y a un an, j'avais déjà du signaler la même attitude de madame pour que les chaussures soient renouvelées. Voir: http://www.yaovi.com/Au%20nom%20du%20pere/les_chaussures_de_mes_fils.htm . Là, je vais devoir recommencer...

Ne croyez pas qu'Artus ne porte ces chaussures seulement le WE pour venir chez moi. Ce n'est pas ainsi qu'elles se sont usées. J'ai toujours dans mon sac une paire de chaussures normales et à sa taille à lui mettre quand je le retrouve. Il n'use donc pas ces chaussures ci chez moi puisqu'il en porte d'autres.

Expliquez moi pourquoi une mère agit ainsi?
Expliquez moi pourquoi son attitude se répète?
N'est ce pas étrange comme comportement pour quelqu'un qui gagne correctement sa vie de faire porter de telles chaussures à son enfant?

mercredi 17 mai 2006

Speed

Mercredi speed
Il faut expédier les affaires courantes
Demain le train de 6h59
Aligner les rendez vous du jeudi et vendredi jusquà Artus

Vivien du haut de ses 1m82 avait le blues ce matin
Il m'a fait un gros calin avant de prendre sa guitare
"Mon petit frère me manque, c'est long jusqu'à vendredi"

lundi 15 mai 2006

Recherche d'idées

Mes idées viennent de prendre forme sur http://www.p-a-p-a.org
C'est un site ou des parents réfléchissent à des modifications de la loi et de ses pratiques dans l'intérêt des enfants et pour une meilleur égalité entre les parents.
J'y travaille sur plusieurs idées:
  • Les modifications de l'autorité parentale
  • La charte de parent
  • La carte d'identité des enfants comportant l'adresse des deux parents
  • L'égalité des parents face aux administrations (CAF, SNCF, Impôts...)
  • L'obligation d'information des deux parents
  • La modification de la loi sur l'enlèvement d'enfants

J'invite chaccun, homme ou femme a venir enrichir la recherche d'idées

mardi 9 mai 2006

Printemps


Vivien a eu 16 ans vendredi
Seize ans déjà et nous avons fêté dignement l'évènement
Ce grand WE a filé comme change le temps en ce joli printemps.
La prairie qui a fini ses jonquilles se parfumait de narcisses blancs
Le magnolia faisait neiger ses pétales
Florian a du relacher ses petits poissons pêchés la veille avec un bocal dans le ruisseau
Le paysage, notre paysage changeait à vu d'oeil
Nous avons construit une cabane à haricots en tiges de noistier
Planté les gourmands 2 cm sous terre et recouvert de cendre pour freiner les limaces et escargots
Puis nous sommes redescendu à Romans compter les jours jusqu'à juillet
Madame en retard à la gare ne nous a pas dit bonjour comme d'habitude
Elle a emporté Artus en courrant comme un paquet...

jeudi 4 mai 2006

L'enlèvement de Sabine

Un grand moment de plaisir pour moi hier, quand l'avocat de mon ex a brandi ce tableau extrait de mon site internet yaovi.com en expliquant que sa cliente c'était reconnue dans ce tableau. Et que je donnais ainsi à ARTUS une image très négative de sa mère...

Je ne suis pas sûr, que le pauvre petit avocat ait réussi à obtenir l'effet désiré auprès du juge.
Mais quel bonheur pour moi en tant qu'artiste de voir mon ex se reconnaître dans un tableau qui ne parlait pas particulièrement d'elle mais de violence féminine, de haine, de castration de masculin. Le titre est un clin d'oeil aux célèbres tableaux de RUBENS, PICASSO et POUSSIN sur "l'enlèvement des sabines" qui parlent de violences masculines, d'hommes s'appropriant des femmes. Est ce grave docteur???

En apparté:
Artus a 5 ans et ne va pas sur internet. En imaginant qu'il puisse déplacer la pile de 50 tableaux au fond de l'atelier, il faudrait encore qu'il fasse le lien entre ce tableau et sa mère. Mais bon, c'est vrai que elle même c'est reconnue...
Que va t'elle dire quand je vais exposer la suite (celui là est déjà la suite de divorce)...
Moi je retourne vite à ma peinture...

Audience d'appel

Enfin nous sommes passés en appel pour Artus.

Nouveau juge et c'est tant mieux. Une femme plutôt pragmatique et s'interressant à une certaine réalité. Des questions concrêtes sur les transports et sur les modalités de visite.
La maman a bien sûr renouvelé sa demande que les week end me soient intégralement supprimés. Elle laisse là un bel héritage à son fils. Le plus surprenant est que l'on puisse faire une telle demande en étant relayé par un avoué et un avocat. Son avocat a d'ailleur fait une plaidoirie du même niveau que l'avocat de ma première ex à Marseille. La même utilisation de mensonges et calomnies. La même déformation des ordonances. La même litanie sur de soit disante violences à l'égard de sa cliente. Le train train habituel des procédures. Après douze ans je suis blindé.
Le juge a fini en demandant à madame si elle acceptait un WE sur deux et en lui précisant qu'elle n'avait pas fait son choix vis à vis de la garde et que donc si elle n'avait pas la garde, elle serait contente de voir son fils plus souvent. Mon ex a accepté d'une toute petite voix. J'ai donc normalement échapé au pire à condition que les conditions de transport soient acceptables.
1 WE sur 2, je verrai ARTUS plus souvent. Nous avons parlé de l'école le samedi pour l'entrée au CP et qu'à partir de ce moment là Artus serait privé de ses frères s'il restait chez sa mère. Est ce que cela va jouer? La réponse est attendue pour le 13 juin 2006.

samedi 29 avril 2006

Déménagements acte 1

Au début, déménager un grand mère c'est ça:
15 m3 dans la benne et 20 dans le camion rempli à raz bord


Au bout de la route, il y a la maison toujours aussi belle et des jonquilles encore en fleur

Enfin il y a une grand mère souriante et c'est bien l'essentiel

Bientôt ce sera notre tour

A la fin de l'école, au mois de juillet

Nous languissons tous...

mercredi 26 avril 2006

Convocation au commissariat

A mon grand étonnement le procureur de Versailles a souhaité m’entendre dans le signalement que je lui ai fait des dysfonctionnements lors de la dernière enquête psychologique. Je l’avais informé le vingt mars et je suis déjà entendu. Le moins que l’on puisse dire c’est que le traitement est complètement différent selon les parquets. Pour les plaintes a propos des coups et menaces qu’ont reçu mes fils chez eux de la part de policiers, j’ai mis 3 ans pour avoir un début de réponse. A Valence cela fait huit mois que je demande des pièces d’une audition, que je n’arrive pas à obtenir.

J’ai donc été entendu. Nous verrons bien si cela suit.
En cas de dysfonctionnement d’expert, c’est le procureur du tribunal concerné qu’il faut saisir. C’est lui qui est en charge chaque année de proposer les dossiers d’expert à une commission qui va valider leur accréditation auprès de la justice.

lundi 24 avril 2006

Passeport

Super!!!
Enfin un document d'identité où mon fils Artus figure: mon passeport a été décoré de sa mine souriante. Pas besoin cette fois comme pour les aînés, d'en passer par un avocat :)

Je vais enfin pouvoir circuler sans avoir sur moi l’encombrant carnet de famille.

Par contre sa carte d'identité m'a été refusée. Sous prétexte qu’elle doit être demandée dans le département d’origine.
Légalement, j’ai le droit de la demander puisque j’ai aussi l’autorité parentale à l’égal de sa mère. En pratique, pour demander la carte d’identité de l’enfant dans le département où réside sa mère, il faut que je présente une justification de logement là bas. En fait une justification de logement de l’enfant chez sa mère. Je pourrais présenter une pièce venant de madame, mais celle-ci se refuse de faire la pièce d’identité et de me fournir ce document. Donc, il est impossible pour moi de demander une pièce d’identité de mon fils.
Artus n’aura donc pas de pièce d’identité, ce qui est pourtant son droit le plus normal selon la convention des droits de l’enfant.

Une fois de plus, l’autorité parentale est mise à mal par l’administration Française.
A quand une carte d’identité pour les enfants où figure l’adresse des deux parents ayant l’autorité parentale et qui soit remise à chaque parent ?

Le droit de nos enfants à avoir une carte d’identité devrait être obligatoire…

vendredi 21 avril 2006

Bon anniversaire Florian


Jour de cartons chez ta mamie
Tu as déjà 13 ans et que de chemin depuis que tu vis chez moi
Un gateau sur un coin de table pour marquer le coup
Nous recommencerons demain aux pays de nos arbres

vendredi 14 avril 2006

Artus est un enfant virtuel


Pas pour moi bien sûr...

Je suis allé ce matin à la mairie pour lui faire faire une carte d’identité ce à quoi il a le droit selon la convention des droits de l’enfant. On m’a dit que cela me serait refusé car il fallait que ce soit madame qui fasse la demande. J’ai insisté car sa mère s’y refuse. La demande est partie à la préfecture mais sans garanties.

J’ai reçu aussi ma demande de déclaration de revenu à la CAF. Il y est bien indiqué sur le document, que j’ai deux enfants et non trois. Je suis parent de famille nombreuse et je n’ai pas cette reconnaissance. Pourtant Artus, à cause de l’éloignement imposé par sa mère me coûte plus cher que ses deux autres frères réunis.

Aux impôts, c’est pareil, ce fils n’existe pas pour moi. Je n’ai que deux enfants.

A la SNCF je n’ai que deux enfants aussi, même si le dernier, je le transporte tous les quinze jours et que cela me coûte en moyenne 400€ par mois. Ici comme ailleurs, il n’est officiellement pas à ma charge. L’enfant n’existe pas pour moi. Le père et la mère d’une famille de trois enfants ont droit à une carte de famille nombreuse. Pas moi, qui ai pourtant plus de charge par enfant sur mon salaire que deux adultes vivant sous le même toit avec trois enfants.

Et la chose se répète ainsi, devant chaque administration où Artus n’existe pas pour son père. C’est un enfant virtuel pour toutes les administrations. Quand je demande de l’aide, il n’est jamais pris en compte. Et je vais de réponse négatives en réponses négatives de fonctionnaire qui disent on ne sait pas quoi faire.

Ce matin, j’ai demandé aussi à avoir Artus sur mon passeport. Je l’avais obtenu pour ses deux frères, dans les mêmes conditions, avec l’appui d’une lettre de mon avocat après avoir subi un premier refus. On verra dans quelques semaines, si je peux enfin avoir un document officiel où apparaisse l’identité de ce fils qui ne porte pas mon nom. Un document autre que cette stupide décision du JAF de Nanterre et ce livret de famille sans photo et sans frères.

J’ai vraiment le sentiment de vivre dans un monde négationniste de ma condition de père. Un monde qui va jusqu’à effacer partout la trace de ma paternité. Ne serait il pas plus humain que même si je ne touche aucune allocation pour Artus, son nom apparaisse dans les papiers officiels à l’égal de ses frères? Et ainsi que la spoliation humaine que je subi déjà à cause de l’éloignement, ne soit pas augmenté par cet effacement qui va jusqu’à m’empêcher d’avoir accès jusqu’à son identité ?

C’est clair qu’en effaçant tous ces enfants des fichiers paternels, l’administration ne risque pas de se rendre compte de l’étendu des problèmes.

Par contre si je ne paye pas ma pension alimentaire, peu importe la raison, la justice correctionnelle n’oubliera pas de me condamner à de la prison… 98% de condamnations (c’est de la prison ferme). Pour cela effectivement, il sera mon fils.

lundi 10 avril 2006

Un grand frère pourquoi faire?

"En effet, il convient de rappeler que même s'il apprécie ses frères et ses demi frères, ils ont 8 et 10 ans de plus que lui, et que leur centre d'intérêts ne sont probablement pas les mêmes. Dès lors, il est évident que la demande de Monsieur tendant à obtenir la résidence habituelle de l'enfant à son domicile est totalement fantaisiste". Clonclusions Madame 28 mars 2006 cour d'appel de Versailles.


Ce we au soleil du printemps au bord de la Véore, un grand frère, quelques galets et un morceau de bois...

mercredi 5 avril 2006

Monsieur le Préfet de la Drôme

Je vous sollicite car je ne peux faire autrement.
Depuis septembre 2005 mon avocat Maître Olivier JULIEN , à ma demande, essaie vainement de récupérer des procès verbaux d’auditions faits par le commissariat de Romans. Cela concernait une garde à vue que j’ai subi le jeudi 18 septembre 2003 au commissariat de Romans sur Isère.

J’avais emmené mes fils au commissariat deux jours avant, pour qu’ils puissent se plaindre du traitement qu’ils subissaient de leur mère qui les frappait ou les menaçait avec une batte de base ball. J’étais allé les chercher le lundi à Marseille sous conseil direct du même commissariat. Pendant la garde à vue, les enfants témoignent des faits de maltraitance et la mère déclare qu’elle utilise une batte de base ball seulement pour intimider les enfants (j’ai lu sa déposition au commissariat). Pourtant le soir même les enfants repartent avec elle !!!

Pendant sa déposition, ma mère , professeur à la retraite, elle aussi mise en garde à vue de façon inqualifiable ce jour là, se fait dire par un inspecteur, que sa déposition ne servira à rien parce que le dossier sera classer sans suite de toute façon. Comment l’inspecteur pouvait il présager de la suite du dossier alors que le parquet n’avait même pas reçu les dépositions ? Est-ce la police qui décide ou bien le parquet ? Sommes nous dans un état policier ?

Nous sommes clairement ici dans un cas de non assistance à enfants en danger. Quelques mois plus tard le juge des enfants Mme MOTTES à Marseille pour ces mêmes faits va retirer immédiatement dès sa première audition les enfants à leur mère au titre de l’article 375 pour mise en danger d’enfants et me confier mes fils le 14 janvier 2004. Pourquoi n’y a-t-il pas eu assistance de mes enfants en danger à Romans ? Pourquoi le juge des enfants n’a-t-il jamais été informé de la situation ?

En septembre 2005, je demande à mon avocat de récupérer les procès verbaux d’audition auprès du parquet.
Dans un premier temps on nous répond que les pièces n’existent pas !
Après appel au commissariat de Romans, il obtient les numéros de pièces.
Le parquet nous répond plus tard, que l’affaire a été classée sans suite depuis décembre 2003 et qu’ils vont chercher les pièces.
Depuis lors plus de nouvelles et malgré les relances, nous n’obtenons pas les pièces et ce pour une demande initiale faite il y a 7 mois.

Non seulement il est étonnant que le parquet ait pu classer sans suite un dossier que le mois suivant un juge des enfants qualifiait de mise en danger de mineurs. Nous sommes à Romans et au Parquet de Valence dans une attitude claire et volontaire de non assistance à enfants en danger.

Par ailleurs pourquoi n’arrivons nous pas à obtenir ces pièces, ce qui est notre droit le plus légal ?

Vous êtes chargé de la bonne marche des institutions. Merci donc de faire votre travail et de nous permettre d’obtenir ces pièces dont j’ai besoin dans le cadre d’une procédure.

Veuillez agréer Monsieur le préfet mes sincères salutations

dimanche 2 avril 2006

Dernières conclusions




J’ai reçu hier les dernières conclusions de madame arrivée bien sûr le jour de la clôture.
On sent déjà dans ce comportement la volonté de dialogue.
Je ne les ai ouverte qu’après le départ de mon fils pour ne pas me gâcher le WE avec Artus

Dans le précédent jet, elle demandait à ce qu’ARTUS qui a 5 ans soit systématiquement transporté en JVS les transports accompagnés de la SNCF.
En réponse j’avais fait remarqué que ces transports ne fonctionnaient pas à toutes les gares et surtout qu’ils n’existaient seulement à certaines dates pendant les vacances scolaires. Et donc que la demande de madame était inapplicable.

Ses dernières conclusions demandent, je cite :

« Dire que Monsieur exercera son droit d’hébergement et de visite comme suit :

La totalité des vacances scolaires de la TOUSSAINT et de FEVRIER
La moitié de toutes les vacances scolaires, la première moitié les années paires, la deuxième moitié les années impaires.

Dire que sauf meilleur accord, et pour chacun des voyages d’Artus, Monsieur remettra Artus au service d’accompagnement de la SNCF jusqu’à l’âge de 15 ans »

Madame s’entête dans sa volonté de ne pas transporter son fils de 5 ans pour la moitié des transport alors que c’est elle qui nous a imposé une grande distance parce qu’elle allait gagner 20% de plus à paris que près de chez nous.

La solution de madame YEDDOU pour les WE est donc particulièrement simple :

S’il n’y a pas de transport accompagné le WE, le juge n’a qu’à tout simplement supprimer mon droit de visite pour voir Artus le WE. Comme cela il n’y aura pas de problèmes pour madame pour les voyages. Par contre quel impact psychologique pour Artus qui a une vrai relation forte avec ses grands frères.

Non, elle ne transportera pas son fils pour la moitié des voyages, l’enfant a qu’à assumer seul ceux qu'il devra faire quand il viendra chez nous.

En douze ans de procédure, face à mes ex, ce sont les pires conclusions que je n’ai jamais eues en face de moi. Ce qui est incroyable, c’est que l’on puisse même faire une telle demande et être relayé dans ce sens par un avocat et un avoué ! Et ce après déjà un an et demi de procédure. Au moins, on a une preuve de plus, s’il en fallait, qu’elle ne s’arrêtera jamais dans sa volonté de nous couper d’Artus allant jusqu’à demander au final, que me soit supprimer tout droit de visite le WE ! Après, que dire de son discours sur le relationnel d’Artus avec ses frères. Disant qu’il ne peut y avoir de relations entre eux parce que les frères d’Artus sont plus âgés que lui.

Au vu de cette demande, je sais que si elle est soutenue par le juge dans ce sens, les choses finiront forcement mal, car elle continuera de plonger psychologiquement. Cette demande n’est autre qu’une demande de couper un enfant de sa famille paternelle.

Je suis malheureusement inquiet, car la justice m’a déjà montré qu’elle était capable de suivre de tels raisonnements même s’ils semblent à chacun ubuesques…

Audience le 3 mai 2006, on vera bien ensuite...