jeudi 7 juin 2007

Relecture d'arrêt

Madame mon EX 2 avait demandé en février, une relecture par le juge de l'arrêt de la cour d'appel. Son but était de ne plus être contrainte par l'arrêt d'amener ARTUS jusqu'à mon domicile et de pouvoir m'obliger à le chercher à BALE MULHOUSE à 75 km de chez moi quelques soient les horaires.

Nous nous sommes donc retrouvé devant la cour d'appel hier.
La veille, je reçois un courrier AR de madame, qu'elle a rajouté aux pièces. Dedans, elle dit que cela fait longtemps qu'elle a accepté l'accord amiable que je proposais en juillet 2006, mais que c'est de ma faute s'il n'a pas été mis en place jusqu'alors, et qu'il faut le mettre en place pour septembre 2007.

L'accord proposait que j'aille chercher ARTUS à ASNIERES le vendredi après l'école.
Nous nous retrouvons devant la cour avec deux positions parfaitement opposées de madame:
La première demande que je sois obligé de chercher ARTUS à BALE MULHOUSE le vendredi soir, l'autre que j'aille le chercher à ASNIERES à 600 km de là.

Le juge rendra sa décision le 4 septembre...

En plus pour ce WE (demain) nous sommes parti dans un nouveau délire. Puisque comme en septembre 2006 ce deuxième WE du mois ne l'est plus pour elle.
Elle m'avait dit à la gare de VESOUL qu'elle aimerait changer le deuxième WE du mois pour le troisième ce que j'ai accepté pour faire plaisir à ARTUS qui doit aller à un anniversaire. J'apprends dans son courrier de lundi que le WE où ARTUS à un anniversaire est le troisième du mois et qu'elle me dit qu'elle va le remplacer par le quatrième. Ce que j'ai refusé...

En fait c'est en permanence ainsi. Malgré la décision de la cour d'appel qui m'a donné les deuxième WE du mois à la demande de mon ex. Les WE changent systématiquement à sa volonté et je suis entièrement esclave de son bon vouloir. Impossible de planifier quoi que se soit. Au dernier moment les deuxièmes WE du mois deviennent les troisièmes et elle explique ensuite qu'elle s'est trompé mais que c'est moi qui ne veut pas voir l'enfant ou le chercher à ASNIERES.

Je suis face à un comportement complètement déviant que malheureusement la justice a soutenu trop longtemps dans ses délires...
Enregistrer un commentaire