dimanche 8 septembre 2013

Garde d'enfants refusée pour cause de lieu de vie "hostile" sur l'île de Sein



Ce qui est surprenant dans cette histoire c'est que le juge soit obligé de produire de tels arguments pour quelque chose qui devrait aller de soit quand on est pas dans un cadre de maltraitance avéré: le parent qui décide d'éloigner les enfants à plusieurs centaines de kilomètres de l'autre parent ne devrait pas avoir la garde. 
Tout simplement parce qu'il ne préserve pas le lien primordial et nécessaire de l'autre parent avec les enfants.
Là vu la distance, si le juge accepte, ce n'est rien d'autre qu'un enlèvement d'enfant validé par le juge. Ce cas arrive trop souvent dans le silence médiatique le plus assourdissant.
Ce qui est surprenant, c'est que le juge soit obligé d'expliquer sa décision par d'autre raisons qui sont pour le moins elles non recevables.
Les juges ne sont certes pas à l'abris de dire et de faire des conneries. J'en ai bien un qui m'a répondu qu'il était inconcevable qu'un homme s'occupe d'un enfant de moins de 10 ans. Si si c'était à Versailles en 2008. Et un autre qui m'a demandé un fois que le juge des enfants m'avait confié la garde de mes fils: si au moins je pourrai faire scolarisé mes fils (gloup j'habite même pas sur une ile, comme si chez moi aussi la république n'existait pas...). 
Que voulez vous, c'est encore tellement inconcevable qu'un père puisse avoir la garde de ses enfants au dépriment de la mère même quand elle est maltraitante. 

Ici tout le monde parle de l'ile de Sein qui n'est heureusement pas un lieu hostile. Et qui n'est de fait pas le fond du problème.
Mais personne ne parle de l'acte odieux qu'est l'éviction volontaire d'un parent par un éloignement grande distance imposé par le parent qui a la garde!!! Il y en a trop en France. C'est la cause de bien des drames.
Il est temps que cela cesse!!!
Enregistrer un commentaire