vendredi 14 avril 2006

Artus est un enfant virtuel


Pas pour moi bien sûr...

Je suis allé ce matin à la mairie pour lui faire faire une carte d’identité ce à quoi il a le droit selon la convention des droits de l’enfant. On m’a dit que cela me serait refusé car il fallait que ce soit madame qui fasse la demande. J’ai insisté car sa mère s’y refuse. La demande est partie à la préfecture mais sans garanties.

J’ai reçu aussi ma demande de déclaration de revenu à la CAF. Il y est bien indiqué sur le document, que j’ai deux enfants et non trois. Je suis parent de famille nombreuse et je n’ai pas cette reconnaissance. Pourtant Artus, à cause de l’éloignement imposé par sa mère me coûte plus cher que ses deux autres frères réunis.

Aux impôts, c’est pareil, ce fils n’existe pas pour moi. Je n’ai que deux enfants.

A la SNCF je n’ai que deux enfants aussi, même si le dernier, je le transporte tous les quinze jours et que cela me coûte en moyenne 400€ par mois. Ici comme ailleurs, il n’est officiellement pas à ma charge. L’enfant n’existe pas pour moi. Le père et la mère d’une famille de trois enfants ont droit à une carte de famille nombreuse. Pas moi, qui ai pourtant plus de charge par enfant sur mon salaire que deux adultes vivant sous le même toit avec trois enfants.

Et la chose se répète ainsi, devant chaque administration où Artus n’existe pas pour son père. C’est un enfant virtuel pour toutes les administrations. Quand je demande de l’aide, il n’est jamais pris en compte. Et je vais de réponse négatives en réponses négatives de fonctionnaire qui disent on ne sait pas quoi faire.

Ce matin, j’ai demandé aussi à avoir Artus sur mon passeport. Je l’avais obtenu pour ses deux frères, dans les mêmes conditions, avec l’appui d’une lettre de mon avocat après avoir subi un premier refus. On verra dans quelques semaines, si je peux enfin avoir un document officiel où apparaisse l’identité de ce fils qui ne porte pas mon nom. Un document autre que cette stupide décision du JAF de Nanterre et ce livret de famille sans photo et sans frères.

J’ai vraiment le sentiment de vivre dans un monde négationniste de ma condition de père. Un monde qui va jusqu’à effacer partout la trace de ma paternité. Ne serait il pas plus humain que même si je ne touche aucune allocation pour Artus, son nom apparaisse dans les papiers officiels à l’égal de ses frères? Et ainsi que la spoliation humaine que je subi déjà à cause de l’éloignement, ne soit pas augmenté par cet effacement qui va jusqu’à m’empêcher d’avoir accès jusqu’à son identité ?

C’est clair qu’en effaçant tous ces enfants des fichiers paternels, l’administration ne risque pas de se rendre compte de l’étendu des problèmes.

Par contre si je ne paye pas ma pension alimentaire, peu importe la raison, la justice correctionnelle n’oubliera pas de me condamner à de la prison… 98% de condamnations (c’est de la prison ferme). Pour cela effectivement, il sera mon fils.
Enregistrer un commentaire