jeudi 9 novembre 2006

Et cela continue

Soit je fais 75 km par mes propre moyens pour aller chercher mon fils à Bâle Mulhouse (150 km allé retour).
Soit je ne vois pas mon fils.

Que faire?

Madame ne respecte pas l'ordonnance de juin qui lui demande d'amener ARTUS chez moi. Elle a trouvé une solution pratique pour elle, elle l'envoie à 75 km, charge à moi de me démerder à le récupèrer par mes propres moyens. Louer une voiture quand je ne peux en emprunter une me coûte plus cher que le voyage retour.

Que penserait t'on, si moi je le ramenais à Auxerre plutôt qu'à PARIS ?

Dans ce type de chantage, l'expérience m'a montré que si l'on laisse passer les choses ne vont jamais en s'arrangeant. On finit souvent par lacher du lest en pensant bien faire pour l'enfant. Puis les choses empirent. Pourquoi madame s'arrêterait elle, alors que depuis des années, elle est en toute impunité.

Avant de passer devant le JAF, elle m'avait coupé de mon fils et avait proclamé avoir seule l'autorité parentale. Déménageant même sans laisser d'adresse à 650 km.
Après la première décision du JAF elle ne voulait pas payer sa part de voyage et il avait fallu trouver un accord amiable où elle assurait le transport retour, accord qu'elle a cassé en février 2005 et qui n'a tenu que trois mois. La dernière décision a réduit mon droit de visite et lui demande d'amener l'enfant chez nous. Elle ne l'a jamais respecté. Je n'ai pas du tout vu mon fils en septembre et je ne le verrai peu être pas demain. Pourquoi changerait elle d'hatitude alors qu'elle ne risque rien strictement rien?

J'ai demandé à madame d'affrêter un taxi depuis MULHOUSE pour qu'Artus arrive chez nous.
Le verrons nous demain? Rien n'est moins sûr...
Enregistrer un commentaire