lundi 14 janvier 2008

Ma prison


Le WE toujours trop court.
ARTUS qui dit: "je ne veux pas partir"
Je lui réponds: "C'est pas à moi qu'il faut dire ça"
ARTUS: "Je reste, je le dirai au juge"
Moi: "Allez on y va!"
Il monte dans la voiture en silence...

Et nous voilà reparti pour un peu plus d'une heure de route pour lui et quatre heures de déplacement pour nous, vers les portes de ma prison de père, l'embarquement de l'aéroport de Bale Mulhouse.

ARTUS s'est endormie sur l'épaule de son frère.
C'est injuste me dit FLORIAN, nous aussi nous sommes punis à cause d'elle. De quel droit?

Vivien n'a pas voulu nous accompagner. Il est allé courir en forêt pour passer sa colère. C'est trop dur deux séparations deux WE de suite, m'a t'il dit...

A l'embarquement ARTUS est boudeur. Il part en faisant un petit signe de la main, la tête basse. Passe cette porte magnétique qui est la porte de notre prison de frères, de grand mère, de père. Tous condamnés par l'éloignement qui nous a été imposé et la volonté de madame d'avoir 20% de salaire en plus...
Enregistrer un commentaire