dimanche 6 janvier 2008

Noël 2007

D'abord il a fallu qu'ARTUS quitte l'excitation maladive dans laquelle je le récupère à chaque fois et qu'il a du mal à quitter quand c'est pour juste un WE. Ayant connu cette gestion de la transition avec mes deux ainés et en particulier avec Florian, j'ai mes petites recettes.
Lui donner des bonnes conditions de sommeil est la première nécessité. Il perd alors rapidement les poches qu'il a sous les yeux. Et au bout de deux jours je retrouve le lutin joyeux que je connais, débarrassé de cette difficile surexcitation qui l'habite. Ensuite il faut le réinsérer dans ces repère et nos habitudes...

Les vacances ont été comme toujours trop courte, entre les jeux avec son cousin, les cours de guitare de Florian ou ramassage du bois dans notre bout de forêt.
Enfin il a fallu repartir. C'est toujours difficile.

A l'aéroport, dans l'attente de l'hôtesse après les formalités d'embarquement, Artus à remis son manteau d'excitation. Le même que celui qu'il porte en arrivant... puis il a passé seul comme un grand le portail magnétique qui symbolise pour moi une sorte de porte de prison. Ma prison de père, sa prison d'enfant...
Enregistrer un commentaire