mercredi 9 janvier 2008

Réponse de PSY

Le médecin de l'enquête de gendarmerie de février 2007 à fini par me répondre. Voir sa lettre.

Il m'aura fallu presque un an pour obtenir un document concernant mon fils et les entrevus avec ce psychologue clinicien.

Celui ci confirme comme dans ses déclarations en gendarmerie qu'il a orienté ARTUS et sa mère vers le CMPP d'Asnières. Déclaration que la juge a balayé en disant que cela n'avait pas d'importance...

Que vaut l'autorité parentale d'un père qui n'a pas la garde et aimerait que son fils soit suivit?

  • Un an pour obtenir une pièce de médecin.
  • Refus du Juge aux Affaires Familiales de prendre en compte le fait que la mère me refusait la pièce ou que l'enfant avait besoin d'aide dans le contexte difficile dans lequel il vit.
  • Je n'ai pas de réponse du défenseur des enfants.
  • J'ai contacté les services sociaux d'ASNIERES qui m'ont dit de saisir le juge des enfants.
  • Je n'ai pas de réponse du juge des enfants.
  • Que faire de plus???

C'est ici, que l'on réalise le grand écart qu'il y a entre la loi Française et les politiques misent en œuvre ainsi que le comportement des systèmes juridiques et sociaux.

Ce fut de même en 2003, quand j'ai essayé tant bien que mal de signaler les maltraitances que subissaient mes fils ainés.

Que ce soit au niveau de la police, des juges, du 119, des systèmes sociaux, du défenseur des enfants, tout a été inopérant. Il a fallu que Vivien fugue et se mette en danger pour que les choses bougent.

Dans ce contexte, que puis je faire de plus pour que mon fils soit aidé au sein d'un centre médico-psychologique si sa mère s'y refuse et qu'elle est soutenu par un juge ne lisant même pas ses pièces???

Ou est la réalité de mon rôle de parent à part avoir un rôle symbolique les WE et payer une pension alimentaire???
Enregistrer un commentaire